vassal

vassal

vassal, ale, aux [ vasal, o ] n.
• 1283; « homme vaillant et brave » 1080; lat. médiév. vassallus, du gaul. -vassus valet
Au Moyen Âge, Homme lié personnellement à un seigneur, un suzerain qui lui concédait la possession effective d'un fief. feudataire. « Le vassal jure [...] de rester fidèle au seigneur » (Lavisse).
(1556 fig.) Mod. Homme, groupe dépendant d'un autre et considéré comme un inférieur. « Ne soyez le vassal d'aucune âme, ne relevez que de vous-même » (Balzac). Appos. Pays vassaux. satellite.

vassal, vassale, vassaux nom (latin médiéval vassalus, de vassus, serviteur) Personne liée à un seigneur par l'obligation de foi et hommage. ● vassal, vassale, vassaux (citations) nom (latin médiéval vassalus, de vassus, serviteur) Anonyme Quel bon vassal il ferait, s'il avait un bon seigneur ! ¡ Dios, qué buen vassallo, si oviesse buen señore ! Poema de Mío Cid, cantar I Commentaire Il s'agit de la chanson de geste nationale espagnole du Moyen Âge (vers 1140), dans le texte modernisé de Pedro Salinas. ● vassal, vassale, vassaux (difficultés) nom (latin médiéval vassalus, de vassus, serviteur) Orthographe Plur. : des vassaux. ● vassal, vassale, vassaux adjectif et nom Qui est en état de dépendance par rapport à un autre : État vassal.

vassal, ale, aux
n. et adj. FEOD Personne qui a fait hommage à un seigneur dont elle a reçu un fief et à qui elle doit divers services, notam. financiers et militaires.
|| Mod., fig. Personne, nation assujettie à une autre.
adj. Pays vassal.

⇒VASSAL, -ALE, -AUX, subst. et adj.
A. — Subst., HIST.
1. HAUT MOY. ÂGE. Dans la société franque, homme libre ayant un lien personnel avec un autre par la recommandation, et à l'égard duquel il a contracté des devoirs particuliers en échange de sa protection. Parmi ces vassaux ou leudes les plus dévoués, les plus utiles, comme on s'exprimait alors, étaient ceux qui, habitant près du roi, et formant autour de sa personne une garde permanente, avaient pour salaire la vie commune à sa table ou sur les fruits de son domaine (THIERRY, Récits mérov., t. 1, 1840, p. 44). Les faibles, les petits avaient cherché aide et protection auprès des plus forts et des plus riches qui, en échange, avaient demandé un serment de fidélité. « Je te nourrirai, je te défendrai, mais tu me serviras et tu m'obéiras. » Ce contrat de seigneur à vassal était sorti de la nature des choses, de la détresse d'un pays privé d'autorité et d'administration (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 38).
2. FÉODALITÉ
a) Celui, celle qui relève d'un seigneur, à cause d'un fief qu'il lui a concédé en échange de foi et hommage. Dans le moyen âge et tant que la féodalité conserva son empire, tous ceux qui tenaient des terres du seigneur (ceux que la langue féodale nommait proprement des vassaux) (...) étaient constamment associés à celui-ci pour le gouvernement de la seigneurie (TOCQUEVILLE, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 162).
Grand vassal ou vassal de la Couronne. Vassal dont le suzerain, le seigneur était le roi de France. Le cardinal de Richelieu voulut détruire l'indépendance des grands vassaux de la couronne, et, dans ce but, il attira les nobles à Paris, afin de changer en courtisans les seigneurs des provinces (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 27). La situation du roi de France à l'égard du duc de Bourgogne, son grand vassal (A. FRANCE, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 8).
♦ [P. oppos. à arrière-vassal, vavasseur] Vassal direct. Vassal tenant son fief directement du seigneur. Le roi avait pour vassaux directs les comtes de Blois, d'Anjou et du Maine et les comtes bretons du Mans et de Rennes pour arrière-vassaux (A. FRANCE, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 54).
Proverbe. Tandis que le vassal dort, le seigneur veille. V. seigneur A 3.
b) Empl. adj. Qui relève d'un seigneur. Terre vassale (RAYMOND 1832). La noblesse vassale (Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
3. P. ext. Celui qui tient une terre d'un seigneur ou qui habite sur ses terres. Recomposez un peu l'ancien fief (...) et que chaque portion retourne du propriétaire laboureur à ce bon seigneur adoré de ses vassaux dans son château, pour être substitué à lui et à des noirs, de mâle en mâle, à perpétuité (COURIER, Pamphlets pol., Au réd. « Censeur », 1819, p. 21).
B. — Subst. et adj.
1. (État) qui ne jouit pas de la souveraineté externe, qui est en état de dépendance. États, pays vassaux. Le bolchevisme allait, selon toute vraisemblance, tenter de soumettre à sa loi la Vistule, le Danube et les Balkans. Mais, dès lors que l'Allemagne aurait cessé d'être une menace, cette subordination, dépourvue de raison d'être, paraîtrait tôt ou tard intolérable aux vassaux (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 47).
2. (Personne, groupe ou entreprise) qui est sous la dépendance (de). Tandis que le chômage augmente, (...) tandis que les classes moyennes sont menacées d'écrasement, (...) nous constatons avec amertume que l'État remet le commandement économique à une banque d'affaires et à ses grands vassaux industriels (L'Œuvre, 8 sept. 1941).
3. Au fig., péj. (Ce) qui est soumis, subordonné (à quelque chose). Un fait domine le monde musical moderne, l'émancipation de la musique instrumentale, jusque-là vassale de la musique vocale et tout à coup prenant son essor (SAINT-SAËNS, Portr. et souv., 1909, p. 305). Si l'on a dit qu'il [Ruskin] réduisait l'art à n'être que le vassal de la science (...) on a dit aussi qu'il humiliait la science devant l'art (PROUST, Past. et mél., 1919, p. 152).
Sans nuance péj. Harmonies vassales (GEVAERT, Harm., 1885, p. 286). Tonalités vassales (R. LENORMAND, Harm. mod., 1913, p. 96). Même éclectique, l'Académie se veut vassale d'un art disparu, chargé de leçons et d'ailleurs volontiers mythique: on n'a jamais autant exalté Phidias que lorsqu'on ne connaissait pas une seule statue de lui (MALRAUX, Voix sil., 1951, p. 365).
REM. 1. Vassalique, adj., hist. du Moy.-Âge. Relatif à la vassalité; propre au vassal. Régime vassalique; liens, rapports vassaliques. Hommage vassalique (Fr. OLIVIER-MARTIN, Hist. du dr. fr., 1984 [1950], p. 300). 2. Vasseur, subst. masc., hist. féod., synon. (supra A). [Dans qq. coutumes, notamment celle de Blois] (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[vasal], plur. masc. [-o]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 « celui qui possède les vertus essentielles: vaillance et bravoure » (Roland, éd. J. Bédier, 231); d'où id. empl. adj. « vaillant, courageux » (ibid., 3839) — fin XIVe — déb. XVe s. (E. DESCHAMPS, Œuvres, éd. De Queux de St Hilaire, t. 1, p. 73 [adj.]; p. 211 [subst.]); b) 1174-76 « homme noble qui suit un seigneur à la guerre » (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 2831) — XIIIe s. ds GDF.; 2. 1283 « homme dépendant d'un seigneur dont il tenait un fief » (Rentes de la prevoté de Clerm., Rich. 4663, f° 100 v° ds GDF., s.v. fealté: Aprez ichez chosez li vassal et feal dez devant diz contez de Arras et contesse de le devant dite terre assize remanront en le fealité des dis contes et contesse); 1601 vassaux liges (P. CHARRON, De la sagesse, Trois livres, p. 188); 1602 grands vassaux (Cl. FAUCHET, Déclin de la maison de Charlemagne, p. 197); 1636 un seigneur de beurre, mange bien un vassal de feurre, combat bien un vassal d'acier, se dit d'un seigneur qui jouit du fief du vassal pendant la contestation entre le seigneur et le vassal (MONET) — 1771, Trév.; 3. fig. 1556 (RONSARD, Nouvelle Continuation des Amours, éd. P. Laumonier, t. 7, p. 320: les femmes, passion de l'homme misérable, Misérable et chétif, d'autant qu'il est vassal vingt ou trente ans qu'il vit, d'un si fier animal); 4. p. ext. 1831 « groupe dépendant d'un autre » (HUGO, Feuilles automne, p. 776: Le Vatican n'est plus que le vassal du Louvre); 1848 empl. adj. (CHATEAUBR., Mém., t. 1, p. 390). Du lat. médiév. vassalus (757, Décret de Pépin, cité par HOLLYMAN 1957, p. 102), dér. sans distinction sém. de vassus (735-737, Charte originaire d'Alsace, ibid., p. 116), d'orig. celt., cf. irl. fos, gall. guas « serviteur » (DOTTIN Manuel 1915, p. 117). Si au déb., vassus désigne le simple serviteur gallo-romain, il dénomme très vite dans les chartes lat. l'homme qui porte des armes et se trouve sous la dépendance d'un seigneur. Dans les textes littér. en lang. vulg. on trouve hom pour désigner le subordonné. V. homme (HOLLYMAN, p. 120). Fréq. abs. littér.:395. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 200, b) 412; XXe s.: a) 226, b) 297. Bbg. DUPLAT (A.). Ét. styl. des apostrophes chevalier et vassal ds les rom. de Chrétien de Troyes. B. jeunes Rom. 1974, n° 20, pp. 83-96. — GOUG. Mots t. 1 1962, pp. 115-116. — HOLLYMAN 1957, p. 89, 114, 120, 134, 150. — MAT. Soc. médiév. 1985, pp. 142-143. — NICHOLSON (G. G.). Ét. étymol. R. Ling. rom. 1929, t. 5, pp. 50-58.

vassal, ale, aux [vasal, o] n.
ÉTYM. 1080, Chanson de Roland; du lat. médiéval vassallus, du gaul. vassus « serviteur ». → Valet.
1 Homme lié personnellement à un seigneur, un suzerain qui lui concédait la possession effective d'un fief. 2. Sujet. || Le seigneur et le vassal étaient liés personnellement par une cérémonie symbolique ( Aveu, cit. 1) comprenant la prestation de foi et d'hommage (cit. 3 et 5). || Service, soumission du vassal à son seigneur. || Les vassaux du roi (→ Arrière-fief, cit.), de la couronne. Antrustion. || Les pairs de France, vassaux privilégiés (→ Cour, cit. 26). Feudataire. || Grands vassaux, ceux qui relevaient directement du roi. || Convocation, réunion des vassaux. Ban. || Vassal-lige. || Arrière-vassal.
2 Par ext. Homme, groupe dépendant de qqn et considéré comme un inférieur. || Assujettir, acquérir, abaisser (cit. 14) des vassaux.
1 Quant à vous, acceptez le moins que vous pourrez des autres. Ne soyez le vassal d'aucune âme, ne relevez que de vous-même.
Balzac, le Lys dans la vallée, Pl., t. VIII, p. 895.
2 Ma sœur bénéficiait, en tant que vassale, de la souveraineté que je m'attribuais : elle ne me la disputait pas. Je pensais que si j'avais dû la partager, ma vie aurait perdu tout sens.
S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, p. 61.
Adj. || « Pour son trône, appuyé sur l'Europe vassale » (Hugo, Chants du crépuscule, À la colonne).
CONTR. Alleu; autonome.
DÉR. Vassalique, vassaliser, vassalité, vasselage.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужно решить контрольную?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • vassal — vassal, ale (va sal, sa l ) s. m. et f. 1°   Celui, celle qui relève d un seigneur à cause d un fief. •   L obligation de tout vassal envers son seigneur fut de porter les armes et de juger ses pairs dans sa cour, MONTESQ. Esp. XXX, 17. •   Dans… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Vassal — Freguesia de Portugal …   Wikipedia Español

  • vassal — Vassal, qui tient quelque chose d aucun à foy et hommage, Cliens, Posþsessor fundi inferioris, Beneficiarius, Possessor praedij clienteþlaris. B. És anciens Romans il se prent pour le contraire du souldoyer, d autant que cestuy ci prent souldée,… …   Thresor de la langue françoyse

  • Vassal — Vas sal, n. [F., fr. LL. vassallus, vassus; of Celtic origin; cf. W. & Corn. gwas a youth, page, servant, Arm. gwaz a man, a male. Cf. {Valet}, {Varlet}, {Vavasor}.] [1913 Webster] 1. (Feud. Law) The grantee of a fief, feud, or fee; one who holds …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Vassal — Vas sal, a. Resembling a vassal; slavish; servile. [1913 Webster] The sun and every vassal star. Keble. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • vassal — (n.) mid 15c. (c.1200 as a surname) tenant who pledges fealty to a lord, from O.Fr. vassal, from M.L. vassallus manservant, domestic, retainer, from vassus servant, from O.Celt. *wasso young man, squire (Cf. Welsh gwas youth, servant, Bret. goaz… …   Etymology dictionary

  • vassal — VASSAL. s. m. Celuy qui releve d un Seigneur superieur à cause d un fief. Il est son vassal. c est mon vassal …   Dictionnaire de l'Académie française

  • vassal — [vas′əl] n. [OFr < ML vassalus, manservant, extension of vassus, servant < Celt: for IE base see VALET] 1. in the Middle Ages, a person who held land under the feudal system, doing homage and pledging fealty to an overlord, and performing… …   English World dictionary

  • Vassal — Vas sal, v. t. To treat as a vassal; to subject to control; to enslave. [Obs.] Beau. & Fl. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • vassal — index dependent Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”